un récit fantastique

Un récit fantastique                                 

 UN  MEURTRE MYSTERIEUX

       Ramzi venait de  redéménager  à sa nouvelle demeure au quartier QODS à Youssoufia.Ramzi enseignait l’allemand  au lycée AL BOUKHARI, il était apprécié de tous les élèves vu son comportement affable et généreux. Il vivait sa femme et ses deux enfants Anas et Meryem dans une maison étroite, sombre, commune…  Ayant été promu, il décida de changer de local. Il désirait une maison  très spacieuse et aérée.

    Un jour, il se dirigea vers une agence immobilière tout en espérant trouver ce dont il rêvait : un nid douillet, aéré, tranquille où il pourrait s’installer loin des ennuis des colocataires. L’agent immobilier lui proposa une maison récemment construite, qui répondait aux attentes de Ramzi et de sa famille, notamment sa femme qui aspirait une cuisine  assez vaste et ses enfants qui souhaitaient avoir de l’espace pour courir dans tous les sens. La maison, située dans un quartier tranquille, avait de belles façades, des volets scrupuleusement confectionnés, une peinture rayonnante. Son intérieur est autant soigné que l’extérieur : les chambres, le salon, la cuisine laissent les visiteurs  hypnotisés  par sa splendeur. On eut dit de vrais artisans avaient accompli sa construction. Mais au sein de cette somptuosité et majesté avait quelque chose d’étrange et d’insolite : D’épaisses araignées dominèrent les coins du plafond. Elles semblaient à peine vinrent-elles d’y  résider .Ramzi ne s’était pas préoccupé à leur sujet, il était sur un petit un nuage d’avoir trouvé enfin la maison qui hébergerait sa petite famille !! Les fils d’araignées étaient trop épais, leur couleur de teigne luisante faisaient mal aux yeux.

    Ramzi chargea une personne du quartier, femme de ménage, elle était très connue de sa gravité son habileté de faire ses tâches, de se débarrasser de ces toiles, et par la suite c’était une occasion de frotter et laver le sol da la maison.Fadila accomplit sa mission comme il fallait .Ramzi  transporta des meublesdes objets de son ancien domicile à sa nouvelle demeure .Un atmosphère de liesse et gaieté domina l’endroit. Le lendemain, lorsque  Ramzi se fut réveillé, il remarqua que son corps était rempli de picotements et de démangeaisons comme si des incestes nocturnes l’avaient piqué alors que sa femme et ses enfants avaient été épargnés .Ramzi pensa que c’étaient les picotements de moustiques provenant d’un étang adjacent.

    Midi sonna. Le quartier fut en deuil ; un terrible et mystérieux incident s’était produit .Fadila,la femme de ménage fut trouvée morte dans sa maison. Rien ne prouvait qu’il s’agissait d’un meurtre : Pas d’effraction, pas d’objets volés, pas de traces ni d’empreintes digitales que la police aurait trouvait. Il y avait seulement une toute petite minuscule araignée qui rodait tout près du cadavre .Elle était écrasée par un agent de police sans qu’il s’en aperçut….

 

Par :Mr CHARAFI Abderrahim     chararose.e-monsite.com


Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×